ILES CANARIES - LANZAROTE

 

L’île de lave et de feu

 

Lanzarote, située au nord-est de l’archipel des Canaries compte plus de 100 volcans et 300 cratères. L’île n’est pas bien grande (maximum de 60 km de long et 20 km de large) et son plus haut sommet n’excède pas 671 m.

Une trentaine de jours par an, le kalima (ou sirocco) souffle et les températures, oscillant généralement entre 20 et 27°C, augmentent alors. Peu de pluie, pas de source, l’île est sèche et la végétation est rare. 

 L’architecte canarien César Manrique a beaucoup œuvré pour préserver cette île.   

 

Nous décollons de Tenerife pour arriver à Lanzarote aux environs de 8 h. Nos déplacements au cours de la journée se dérouleront en bus.

Direction Yaiza : La ville est on ne peut plus propre !

Canaries 1222

Puis, nous rejoignons le parc de Timanfaya, au sud-ouest de l’île.

 

Ce parc volcanique, créé en 1974 s’étend sur 51 km2 (un trajet de 35 km sillonne le parc), et a pour symbole un diable.

 

Activité de 32 volcans de septembre 1730 à avril 1736 – 200 km2 de lave.

Canaries 1252

Encore maintenant, les températures peuvent atteindre une centaine de degrés à quelques centimètres sous terre. A 13 mètres on atteint jusqu’à 600°C. Sept endroits dans le parc ont de hautes températures. Les alentours du restaurant « El diablo » en sont un.

 

Quelques expériences au sein du parc

 

Paille : une ouverture de 2 m de profondeur – la pierre est à 250°C – un morceau de paille mis en contact avec la pierre prend feu instantanément.

  lanzarote 4

Geyser : un tuyau de 10 m enfoncé dans le sol. Au fond, on atteint les 400°C. L’eau jetée dans le tuyau ressort sous forme de vapeur d’eau.

Sans titre

Nous nous approchons du four du restaurant. Ici, pas de combustible. 300 kW sont générés naturellement. Les saucisses grillent à la chaleur du volcan…

Canaries 1239

Nous sommes en présence de volcans de type Hawaïen.

Canaries 1234

Les minéraux sur la pierre de lave lui donnent sa couleur. Le blanc que l’on peut apercevoir au sol est du lichen.

Canaries 1243

Un laboratoire sous terre, au sein du parc, répertorie les températures et « surveille » les volcans...

La situation de la chambre magmatique est exceptionnelle (de 3 à 5 km de profondeur). La chaleur remonte de la chambre magmatique par des ouvertures. Vue sur quelques cratères (à droite).

Canaries 1247  Canaries 1257

Sortis du parc, nous reprenons la route et nous dirigeons vers la vallée de la Geria.

Canaries 1260 Canaries 1261

Sur le champs, les cendres isolent et absorbent l’humidité. Les alizés, vents de Nord-Est, apportent de l’humidité aux plantes.

Les fermiers étalent sur leurs champs une couche de cendres de quelques centimètres, (jusqu'à 1 m de cendres à Geria, à quelques kilomètres seulement de Timanfaya).

Pour planter, il est nécessaire de creuser afin que les racines soient dans la terre. Des murets de pierre protègent les pieds de vigne du vent, et donc du dessèchement.

Canaries 1262         

Repas à Yaiza.

Direction El Golfo (photo prise en chemin)

Canaries 1265

Arrivée au « Lago verde » d' El Golfo.

 

18è S. : un fleuve de lave s'écoule jusqu'à l'océan. La lave, entrée dans l'océan, agrandit la superficie de l'île (40 m2 environ).

A l'ouest, le volcan disparaît (érosion). Une partie est restée et un petit lac apparaît : "charco de los clicos" (ou Lago verde). La couleur verte provient d'algues. L'eau de mer passe par-dessous la petite plage. Nous recherchons des olivines (pierre verte avec laquelle sont confectionnés des bijoux).

 Canaries 1270 Canaries 1268

Canaries 1269

Nous passons devant "las salinas de Janubio"

Canaries 1273

puis remontons vers le Nord en direction de Haria. A proximité se trouve la vallée de Lanzarote la plus fertile : la vallée des palmiers.  A gauche de l'image ci-dessous (Nord de Haria) le volcan de la Corona (609 m) :

Canaries 1275

7 kilomètres de tunnels reliaient ce volcan, entré en éruption il y a 4 à 5000 ans, à l'océan. Ces tunnels creusés par la lave du volcan permettaient autrefois aux populations de se cacher lors d'attaques de pirates.

Nous poursuivons notre route vers "Los Jameos del agua". Beaucoup de champs sont abandonnés mais les murets de pierre sont toujours là. Nous apercevons quelques vaches. Il y en a une vingtaine sur l'île, guère plus.

lanzarote 1 copie

lanzarote 1

 

Arrivée à "Los Jameos del agua" (qui signifie : ouverture, cheminée d'eau) L'océan, en s'engouffrant dans une fissure, a rencontré la lave en fusion ; un bouchon de vapeur s'est formé et a fait "sauter" la couverture de la poche, donnant naissance à deux cavités à ciel ouvert. César Manrique a mis ce site en valeur. 

 

 

 lanzarote 2  Canaries 1277

Nous débouchons sur un lac souterrain d'eau de mer où vivent des crabes scintillants : les "Munidopsis polymorpha". Ces petits crabes, privés de lumière pendant des milliers d'années, sont devenus aveugles et ont perdu leur pigmentation (ce qui les a rendus transparents et fragiles).

Canaries 1285

Quelques photos au bord de la "piscine" et de son jardin tropical. Canaries 1289  Canaries 1290

Canaries 1293 

Un peu plus loin, en nous dirigeant vers l'océan, nous découvrons des ouvertures, des trouées creusées par la lave en fusion :

lanzarote 3

Retour par Mala où l'on cultive le cactus pour y développer des cochenilles puis Tahiche (ville où vivait C. Manrique - il avait construit sa maison sur un champ de lave et mourut accidentellement dans un accident de voiture). Et juste avant d'arriver à l'aéroport : Arrecife (cf.photo de droite ci-après).

 

 Canaries 1296  Canaries 1300

Voilà, notre voyage à Lanzarote, un peu rapide, se termine ici.   Merci de votre visite.

Lien vers

Publié dans îles Canaries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :